le mariage 3: Rencontre de deux familles…

Le mariage en Afrique est une affaire de famille, si un peu partout dans le monde ( a part une partie de l’Asie et quelque pays en Amérique Latine) le mariage est une affaire des deux personnes responsables qui décident de s’unir( combien j’aurai aimer, sans le risque de me faire assassiner par ma mère, me marier à Las Vegas!!); Chez moi au Congo, la famille a son mot à dire….et peut même vous séparez!!

Comme beaucoup des jeunes gens aujourd’hui,  j’ai eu à faire face à ce que nous appelons  mariage coutumier, par manque de préparation ( peut être parce que mes parents ne m’ont pas transmis nos us et coutumes ou tout simplement, parce que j’ai grandis ailleurs dans d’autres cieux), et par ignorance j’ai eu à affronter une barrière de traditions qui aurait pu  engendrer une rupture avec mon Mondongo ou encore qui aurait tout simplement pu nous pousser à décider pour une union libre!!!

Sachez qu’au Congo Kinshasa, le mariage coutumier est reconnu par l’état, mais actuellement (notez que ça ne se faisait pas avant) l’état donne la possibilité aux jeunes gens de se marier sans l’accord préalable de leurs familles en cas de conflit grave! Mais, c’est très rare que les jeunes aillent à l’encontre de leurs parents! ( n’oubliez pas l’importance que l’on donne aux malédictions des parents, des oncles, des Maman kulutu ( tantes paternelles) et autres!!).

D’où il arrive que face à une famille non conciliante lors d’un mariage coutumier une relation amoureuse peut capoter!!

Je tiens à précise que je ne parles pas de ma famille qui malgré notre ignorance et nos discussions, a su se montrer très digne et très droite ( je précise parce que je n’ai aucune envie de me faire taper par ma mère!! hahaha). Je parle suite à mon expérience personnelle et aux témoignages d’ amies qui ont dû faire face aux problèmes que crée beaucoup des mariages coutumier influencés par la pauvreté et l’appât du gain des décideurs du montant de la dote.

Cet article a pour but non seulement de vous faire découvrir les étapes de mariage au sein de nos familles Africaines, mais aussi vous racontez comment  moi une jeune femme  Africaine quelques peu déracinée et me considérant comme moderne a survécu lors de mon mariage coutumier.

Beaucoup vous diront que le mariage coutumier est un mariage réalisé depuis la nuit de temps pour valoriser la femme, qui est un joyaux de qualité qu’un homme doit acquérir…Pour ma part: lorsque cette coutume est fait de manière respectable, contrôlée et de manière symbolique, oui, c’est parfait! et il trouve sa place dans la logique des choses vu que nous sommes Africains!  Mais, lorsque le mariage coutumier est synonyme d’une vente! par la demande d’une dote en espèce exorbitant, moi j’appelle ça de la déviation!!! Et c’est en ce moment là que moi femme, je deviens un objet vendu à très cher; l’objet peut être de grande valeur mais reste un objet! et l’on en fait ce que l’on veut!!! (http://7sur7.cd/new/la-dot-en-rdc-est-ce-une-nouvelle-forme-de-commerce/)

Selon qu’il s’agit d’un régime matriarcat, ou patriarcat, et suivant l’origine tribales des mariés soit même tribus ou non, le mariage se fera suivant les étapes suivantes:

  1. la présentation (ou pré-dot)
  2. la dot
  3. la cérémonie du mariage coutumier

Après ces étapes, les mariés peuvent enfin se tourner vers l’état pour le mariage civil et vers l’église pour le mariage religieux!

Pour n’est pas faire long, je vous invite à lire ces articles et à découvrir le mariage coutumier et ces étapes:

Pour ma part, je voudrai juste vous raconter comment a été le mien et espère que vous raconterez les votre aussi en quelques lignes. Pour les célibataires, que ceci ne vous décourage pas du tout, car  » La persévérance n’est pas seulement une vertu mais aussi un élément nécessaire qu’il faut avoir si l’on veut épouser une Congolaise! » ( les paroles de Mondongo lorsqu’il a fait face à la coutume de bayombés!!! ahahaha).

La première fois que j’ai ramené mon mondongo chez mes parents, fut un weekend stressant, où nous avons dû faire un long trajet en voiture ( Kinshasa-Matadi), vu que mes parents ne vivent pas à la capital. Nous avons dû faire face au stress du voyage, et chacun de son côté, nos peurs que nous n’avions pas osés dévoilées nous ont rendus tendus et silencieux.

Pour ma part, j’avais peur, non pas de l’accueil de mes parents, parce que les connaissant, je savais que mon choix ne sera pas questionné! ( OUFFF!!!), mais plutôt, de l’ignorance total que j’avais des us et coutumes de mon village…je dois l’avouer j’avais peur que nous ne fassions pas les choses comme il fallait. Mes craintes se révèleront finalement bénéfiques, car à force de craindre, je m’étais préparer à tenir ferme, et cette attitude a aidée lorsque l’incompréhension, les doutes et le flou sont intervenus!

Mais je vais trop vite en besogne!!! ( comme d’habitude!), je me dois de commencer par le début:

la présentation

Donc, en ce jour de mois de Juillet 2015 où nous prîmes nos clics et nos clac pour aller vers mes parents, nous ne le savions pas encore mais nous allions faire ce que l’on appelle normalement la présentation. A notre arrivée, nous trouvâmes mon père et ma mère curieux et impatient de rencontrer leur futur gendre, l’accueil fut très chaleureux et Mondongo, très mal à l’aise ( c’est pas facile de faire face à son Bokilo ( beaux parents!), commença à relâcher un peu….mais il était toujours très tendue. Ma mère avait eu le temps dans la journée de faire plusieurs plats, ne sachant pas trop ce que son futur beau fils aimait manger, ce qui fit que la table était très garnis, mais le pauvre Mondongo était trop stressé pour vraiment savourer les plats! il mangea comme un automate, surveillant à la fois sa manière de se tenir, de manger et surtout ce qu’il disait!! ( c’était un supplice pour lui et un délice pour moi, j’ai pris bien de plaisir à les observer: l’un dans le rôle du gendre (très très sérieux! hahahaha) et les autres dans le rôle de beaux parents ( quelque peu effrayer de le faire fuir, et de se retrouver à nouveau avec une vieille fille à la maison!).

Après le repas, nous avions, mon Mondongo et moi pour mission de lui trouver une chambre d’hôtel, vu que Monsieur ne pouvait rester dormir chez nous! ( imaginez que pendant la nuit ma mère croise son bokilo (beau fils) dans le couloir en robe de nuit!!! Sacrilège!!! hahahah).  Heureusement, mes parents avaient tout prévus, mon Oncle maternel, qu’on appelle communément Noko, qui possède une maison d’hôtes, avait prévu dès l’annonce de notre venue, d’y loger son futur beau neveu ( ça se dit ça?), de tel sorte que Mondongo se retrouva en face de mon impressionnant oncle maternel (qui, il faut le dire est très très intimidants….hahaha) et de son groupe d’amis, car il faut que vous le sachiez, mon oncle a pour particularité de n’est jamais être seul! il est toujours entouré! ( en quelque sorte un fan club personnel!!).

La chambre réservée était magnifique, spacieuse, belle et très bien équipée: d’une salle de bain, d’une minuscule cuisine, deux chambres….au faite c’était une maison en miniature offrant à Monsieur tout le confort nécessaire. Nous le laissâmes donc se reposer; Vu l’heure, tous ne pensions qu’à nos lits, à part l’oncle qui entourés de ses amis, partageaient encore quelques bières.

le lendemain, mon oncle et mon père m’amenèrent dehors et me questionnaire au sujet de la personne que j’étais venue leur présenter ( ceci fait aussi partis des étapes du mariage coutumier: avant d’amener mon homme auprès de mes parents, il aurait d’abord dû leur écrire une lettre pour solliciter d’être présenter à eux. Et c’est avant sa venue, que les parents seraient venus à la pêche aux informations chez moi pour avoir une idée du futur conjoint de leur fille).

Après notre discussion, ils me demandèrent gentiment de rester dehors lors de leur discussion avec le pauvre Mondongo. Imaginez, le pauvre Monsieur en face de sa belle famille, car il était seul, et en face de lui, il y avait Papa, Maman, l’Oncle et deux fan club de celui-ci ( il avait eu la décence de laisser les autres quelque part!!! hahahah).

Combien des questions furent posées, je ne puis vous dire, tout ce que je compris ce que mon Mondongo avait su se défendre, n’étant pas Congolais, il a eu la patience nécessaire de passer cet examen haut la main! La seule chose qui me fut répétée ( je ne sais pas pourquoi d’ailleurs!!!): ce que mon Mondongo, répondu à ma mère qui se ventait des qualités de  sa fille ( elle sais cuisiner, elle sais tenir une maison, elle sais m’occuper des enfants,…et patati et patata ( heureusement, elle ne pouvais dire si j’étais bonne au lit!!! excusez moi mais quand même!!), et maman finis sa liste en disant: « ma fille est donc un produit finis! »

Et parmi tout les nom doux qu’un homme pouvais utiliser pour nommer sa chérie, mon Mondongo trouva celle la!!  Depuis ce jour là, je suis son produit finis! ( Qui a dit que nous ne faisions pas la pair!!! hahaha)

Mondongo répondus pince sans rire à ma mère:  » maman, si j’avais eu besoin d’une cuisinière j’aurai engagé un domestique!!! »… ( sans commentaire!!).

Après avoir entendu cette histoire, j’ai regretté pourquoi je n’avais pas insisté pour expliquer à Monsieur que l’on ne répondais pas n’importe comment à son bokilo!

Mais bon….résultat de course: nous quittâmes les parents après un très bon moment de détente, de rire et des accolades….Monsieur venait d’hériter des nouveaux parents et eux d’un nouveau fils…

Nous laissâmes une enveloppe garnis aux main de papa, car selon la coutume, il n’était pas permis de rendre visite à ses beaux parents les mains vides, et surtout pas pour un premier contact!!

Et comme l’inverse s’applique aussi, Mondongo s’est vu offrir une belle petite chèvre et des makembas ( bananes plantains), qui dans la coutume constitue le repas que devait manger le futur bokilo dans sa belle famille!!!

IMG_20151115_174042

Notre retour fut plus détendus, ignorants ce qui nous attendait, nous savourâmes le fait que les démarches étaient enclenchés pour le mariage coutumier, sans savoir que nous étions encore bien loin d’avoir fait ce qui devait être fait!!!  Mais ça c’est une autre histoire…

A bientôt pour la suite…

 

 

N.B.: La  fameuse chèvre donnée ce jour là, est toujours vivante! broutant et chiant partout dans la parcelle, car pour mon Mondongo, elle doit vivre et procrée, en souvenir de l’accueil de sa belle famille ( nous sommes une futur famille des éleveurs des chèvres…. aaaahhh les hommes!!!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s